Pourquoi je ne voterai pas Estrosi pour « faire barrage au FN »

Suite à ce premier tour des élections régionales, nous apprenons dans la région Provence Alpes Côté d’Azur que le deuxième tour se jouera entre Christian Estrosi pour Les Républicains, et Marion Maréchal Le Pen pour le Front National. Aucune liste de gauche ne se maintient. Autrement dit, le choix se porte sur la peste, ou le choléra. Je n’aime pas trop cette expression qu’on nous sert à toutes les sauces, mais j’ai vraiment du mal à en trouver une autre. Les mots me manquent depuis hier soir, ou du moins, il ne me reste que les plus vulgaires, ceux que l’on dit par colère, dégoût, résignation… On s’attendait à une défaite, à de mauvais scores, à un effondrement de la gauche. Mais la claque fait toujours mal, même quand on la voit venir. Et finalement encore plus quand on se rend compte qu’on n’a pas su l’éviter.

Pendant une semaine, beaucoup de personnes votant habituellement à gauche, vont se demander s’il ne vaudrait pas mieux voter pour Estrosi pour faire barrage au FN, pour empêcher ce dernier de diriger la région. J’ai été la cible des militants du FN et autres groupuscules d’extrême droite pendant un long moment, et pourtant, je n’hésiterai pas une seconde à ne pas donner ma voix à Estrosi. En voici quelques raisons :

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui fait de la sécurité, la priorité numéro 1 de son programme, notamment en y consacrant un budget de 250 millions d’euro.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui veut donner plus de pouvoirs à la police municipale, notamment celui de contrôler (arbitrairement) les identités.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui prône la vidéo-surveillance en temps réel, et veut la mettre en place dans toutes les TER, gares, et lycées, pour quelqu’un qui veut la création d’une police régionale des transports, et des portiques de sécurité dans toutes les gares.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui épiera tous nos faits et gestes, dans les lieux publics, ou sur internet.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui ose parler de la « restriction de certaines libertés ».

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui, par la mise en place d’un pacte de sécurité, milite pour la déchéance de la nationalité.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui déclare que le port du voile doit être un délit, et qu’en cas de récidive, il faut suspendre le versement des allocations familiales aux personnes qui le portent.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui déclare que la consultation régulière de sites djihadistes ou de site préparation de participation à entreprise terroriste doit devenir un délit.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui parle de « cinquième colonne islamiste », et de guerre de civilisation, ou troisième guerre mondiale, entre judéo-chrétiens et islamistes.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui piétine la laïcité, et défend avant tout les « traditions » judéo-chrétiennes.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui imposerait aux jeunes déscolarisés le service militaire.

Je ne voterai pas pour quelqu’un qui veut réduire le nombre d’employés à la Région, sous prétexte d’économies de fonctionnement.

Etc…

En clair, je ne voterai pas pour quelqu’un qui défend des idées d’extrême droite sous une étiquette plus propre, plus « Républicaine ».

J’ai peur du fascisme, mais je ne pense pas que ce soit en votant Estrosi qu’on lui fera barrage.

Je voterai donc blanc au second tour des élections régionales dimanche prochain.

Publicités

Ne laissons pas nos villes entre les mains du Front National !

Je suis retournée à Pierrelatte il y a quelques jours, cette petite ville drômoise d’environ 12 000 habitants, généralement connue pour sa ferme aux crocodiles, ou encore pour son usine d’enrichissement de l’uranium, à proximité de la centrale nucléaire du Tricastin, grande fierté locale (sic !).

Pierrelatte, c’est la ville où je suis née et où j’ai grandi. Mon bac en poche, je me suis envolée vers Strasbourg pour y poursuivre mes études. J’étais plutôt contente de quitter cette petite ville et ainsi découvrir un nouveau rythme de vie. Je suis restée malgré tout attachée à ma ville natale, notamment car j’ai eu le plaisir de la représenter pendant près de huit ans, lorsque je pratiquais la gymnastique à l’E.G.P. Dans la rue, on me reconnaissait souvent comme la petite gymnaste en photo dans le journal, qui avait été qualifiée pour les championnats et qui avait ramené un titre.

Mais cette fois-ci, c’est un drôle de sentiment que j’ai eu en y retournant… Lorsque je me suis retrouvée face au local de campagne pour les élections municipales du candidat « Rassemblement Bleu Marine », j’ai été d’abord déçue de voir que celui-ci avait remplacé l’ancienne pâtisserie où j’avais quelques fois le plaisir d’aller acheter un éclair au chocolat. La conscience politique reprenant le dessus quelques secondes après, j’ai eu envie d’en savoir plus sur ce candidat et son projet pour cette ville, d’autant plus qu’il ne serait pas étonnant de le voir à la tête du conseil municipal à partir du mois d’avril…

Il y a quelques temps, me préparer à un tel avenir pour Pierrelatte m’aurait découragée. « Il fallait s’y attendre, vu le score du FN aux dernières élections… ». Mais aujourd’hui, cela me révolte. Depuis le mois de septembre, je dois lutter personnellement et malgré moi face aux attaques de l’extrême droite, Front National compris. Après avoir été agressée, harcelée, humiliée par ses militant-e-s, il m’est difficile d’accepter qu’un représentant de cette idéologie soit élu par les citoyen-ne-s de ma ville natale.

Il est évident qu’un climat politique tel qu’il est aujourd’hui ne peut que favoriser le repli sur soi et rejeter la responsabilité de chacun sur une cible facile. Je comprends ce dégoût de la politique, des hommes et des femmes politiques qui semblent n’agir que pour leurs propres intérêts et non pour celui du peuple qui les a élu-e-s. Je ne peux pas reprocher à toutes celles et ceux qui pensent « tous pourris » de voter pour le/la candidat-e qui donne l’impression d’être « anti-système ».

Et pourtant… Aujourd’hui, mon expérience récente m’a fait comprendre une chose sur le Front National. On entend souvent Marine Le Pen dire qu’elle a fait le « ménage » dans ses rangs, surtout à l’approche des élections, mais c’est faux : mes agresseurs sont des défenseurs acharnés de la famille Le Pen et de son parti. Et chaque citoyen-ne, quelles que soient ses raisons que je ne juge pas, doit comprendre qu’en votant pour le Front National, ou d’autres partis d’extrême droite, ici ou partout ailleurs, ils/elles renforcent le pouvoir de ces personnes qui menacent et agressent dès qu’elles sont face à un contradicteur qui ne baisse pas la tête. En votant pour le Front National, ils/elles votent contre la République, et contre nos valeurs qui sont : Liberté, Egalité, Fraternité. Ne l’oublions pas.

Le fascisme avance masqué, combattons le à visage découvert !

Le samedi 26 octobre, le Collectif Antifasciste du Vaucluse a appelé tous les antifascistes du Vaucluse et d’ailleurs à se rassembler, pour exprimer sa solidarité avec toutes les victimes de l’extrême droite et pour construire la Résistance. Etant moi-même visée par les menaces de l’extrême droite, ils m’ont invitée à prendre la parole. Voici la retranscription de mon discours.

Bonjour à toutes et à tous,

D’abord, je tenais à vous remercier d’être venu-e-s à ce rassemblement, et je voudrais remercier plus particulièrement mes camarades du Collectif Antifasciste du Vaucluse d’avoir eu cette initiative, et pour leur soutien. Leur aide, qu’elle soit morale ou matérielle – plusieurs de mes camarades m’ont accompagnée lors de mes déplacements, et m’ont hébergée – m’a été précieuse.

Pour en revenir rapidement aux faits, depuis la manifestation contre les universités d’été du Front National à Marseille le 14 septembre dernier, j’ai reçu des centaines de messages de menace de mort, de viol, des insultes. Des comptes usurpant mon identité ont été créés et diffusaient des photos de ma propre famille dont celle de ma petite soeur de 2 ans. Des montages photos sur fond pornographique ont été mis en ligne sur des sites internet ouverts spécialement pour cela, j’ai été victime de tentative de piratage, etc… Je vous passe les détails car c’est assez choquant et humiliant. Aujourd’hui, deux plaintes ont été déposées, mais certains individus s’acharnent et les attaques continuent, depuis un mois et demi.

Mais ces attaques, aussi violentes soient-elles, sont pourtant la preuve d’une grande lâcheté et d’une ignorance coupable. Car en m’attaquant, et en attaquant tous les camarades qui sont victimes de l’extrême droite, ils croient s’attaquer à des personnes seules, isolées, ils pensent traquer des proies faciles. D’ailleurs, il n’est pas étonnant de constater que les fascistes s’attaquent principalement à des femmes. Car l’extrême droite, en plus d’être raciste, xénophobe, homophobe, et j’en passe… et aussi sexiste. Dans leur idéologie, l’égalité n’existe pas. L’infériorité des femmes, des gens de couleurs, des homosexuel-le-s, est une donnée qui est acceptée comme étant naturelle. Alors vous comprenez, une jeune femme seule ne peut que se plier aux insultes et aux humiliations sexuelles… Et bien, non. Nous, femmes, nous ne baisserons pas la tête face aux valeurs de l’extrême droite fondées sur le patriarcat et la domination masculine ! Le combat contre l’extrême droite est aussi un combat féministe !

Il est un combat féministe, mais pas seulement. Le combat contre l’extrême droite est un combat pour la liberté d’expression. Car ce qu’il faut savoir, c’est que ces personnes qui menacent, le font sous couvert de la liberté d’expression. Or, ce n’est pas ça ! La liberté d’expression ne consiste pas à dire tout haut ce que l’ont veut, elle n’est pas la liberté de dire n’importe quoi, d’insulter, de menacer, d’appeler à la violence et au crime ! Non, la liberté d’expression c’est avant tout accepter le débat d’idées, avancer des arguments, écouter la contradiction, surtout en politique. Twitter, Facebook, et tous les réseaux sociaux ne doivent plus échapper à la loi qui régit la liberté de la presse. Car si les internautes se croient autorisés à tout, c’est d’abord parce que les grands groupes qui régissent ces réseaux les laissent agir. Il est temps que Twitter montre qu’il est prêt à respecter les lois de notre République humaniste, ou alors à être condamné pour son laxisme ! Si je me sens en danger aujourd’hui, c’est aussi parce que Twitter laisse des agresseurs et des personnes qui violent la loi agir librement.

Pour en revenir à l’extrême droite, oui bien sûr qu’il y a un lien direct entre le Front National et mes agresseurs ! D’abord, car ces attaques ont commencé depuis ma participation à une manifestation contre le Front National. Ensuite, parce que tous mes agresseurs sont des défenseurs acharnés de la dynastie Le Pen. On entend souvent Marine Le Pen dire qu’elle a fait le ménage dans ses rangs, surtout à l’approche des élections, mais c’est faux ! Et ce que les électeurs du FN doivent savoir, c’est qu’en votant pour ce parti, ils renforcent le pouvoir de ces personnes qui menacent, agressent dès qu’ils sont face à un contradicteur qui ne baisse pas la tête. Récemment, on a aussi entendu Marine Le Pen dire qu’elle avait agit rapidement concernant la photo qui compare Mme Taubira à un singe, mais là aussi, c’est faux. Il ne s’agit que d’un coup de communication. Car cela fait déjà plus de deux mois que cette photo circule sur les réseaux fachos, et sur les profils de mes agresseurs.

Christiane Taubira est donc victime des mêmes agresseurs que moi, et c’est pourquoi aujourd’hui, j’en appelle à la Ministre de la Justice pour qu’elle fasse respecter la loi et pour que Twitter cesse de protéger ces barbares.

S’ils s’en sont pris à moi, c’est parce qu’ils pensaient que je baisserai la tête et que j’étais seule. Mais aujourd’hui, nous leur montrons que ce n’est pas le cas : nous luttons à visage découvert et nous restons debout contre les agressions de l’extrême droite !

Le temps d’agir !

Cela va faire bientôt un mois que je suis victime d’attaques sur internet. J’ai déjà eu l’occasion d’en parler ici ou . Ces attaques n’ont pas cessé mais elles viennent de changer de forme.

Après deux semaines de recul sur les réseaux sociaux, je reprenais le contrôle de mon compte Twitter. Et dans le quart d’heure, mon retour était signalé sur les réseaux fascistes, preuve que je suis traquée, surveillée. Le lendemain, un faux compte Twitter usurpait mon identité et tweetait en mon nom. Ce compte était identique au mien, à un détail près : en fond d’écran, le sexe d’un homme noir en érection. Dans la foulée un blog hébergé par WordPress avait été créé, où nous pouvions trouver un montage photo d’une scène pornographique avec ma photo. Le visage de la femme était remplacé par le mien et le sous-titre précisait que c’était une photo exclusive «  du viol de Julie Del Papa ! ». Soudaine envie de vomir…

Après avoir alerté mes ami-e-s et camarades, et interpellé Twitter France publiquement, nous avons signalé le compte usurpant mon identité et le blog, et ils ont rapidement été suspendus. C’est alors qu’un deuxième compte Twitter, ressemblant fortement au premier, a été mis en ligne, mais avec des éléments nouveaux : des photos de ma propre famille, dont ma petite sœur de deux ans, toujours sur fond pornographique. Le compte a été suspendu dans les 24 heures grâce à vos nombreux signalements. Un grand merci encore à vous tou-te-s.

Je suis allée déposée une nouvelle plainte contre X au commissariat d’Avignon, pour usurpation d’identité.

Ces méthodes sont inqualifiables et cette attitude est révélatrice de ce qu’est l’extrême droite et le Front National. Insultes, intimidations, appel à la haine, sexisme, racisme, humiliation, machisme, soumission, référence au nazisme… Celles et ceux qui utilisent ces méthodes et qui revendiquent publiquement leur soutien au Front National ne sont pas républicain-e-s. Et ce parti d’extrême droite n’est pas républicain.

Il est temps d’agir. Le Parti de Gauche, par la voix de Martine Billard, sa co-présidente, m’a réaffirmé son soutien et m’accompagnera dans toutes mes démarches pour que cette affaire soit traitée au plus vite. Elle a alerté le cabinet de Christiane Taubira et a évoqué ce que je subissais lundi soir dans l’émission Mots Croisés en s’adressant au vice-président du Front National, Florian Philippot. De plus, le Gouvernement, notamment les ministres Christiane Taubira et Manuel Valls, a été interpellé de différentes façons par notre députée du PCF/Front de Gauche, Marie-George Buffet, et par Sergio Coronado (EELV), Sandrine Mazetier (PS) et Jérôme Guedj (PS). Ces soutiens sont un premier pas essentiel, mais les réponses fournies par les pouvoirs publics ne suffisent pas. La Justice fait traîner l’affaire, il est temps de lui demander d’agir et de mettre la pression sur Twitter et WordPress pour qu’ils arrêtent de protéger des criminels.

La pétition lancée il y a environ trois semaines a déjà récolté plus de 9000 soutiens. Il nous faut tous et toutes la relancer pour que je puisse remettre un maximum de signatures à la Ministre de la Justice : http://nopasaran.wesign.it/fr . Elle est un point d’appui nécessaire à notre démarche. Nous tiendrons alors une conférence de presse pour rendre compte des différentes démarches mises en œuvre.

A l’heure où le Front National profite des bassesses du système médiatique et de l’agonie de la Vème République, nous nous devons, ami-e-s, camarades, républicain-e-s de tous bords, de faire apparaître au grand jour les visages des soutiens les plus fervents du Front National et de l’extrême-droite française.

« C’est un joli nom, Camarade… »

Incroyable. C’est comme cela que je décrirais ce mouvement fraternel et solidaire qui s’est mis en place ces deux dernières semaines. Pour tout vous dire, cela m’a vraiment surprise et continue de me surprendre. Il nous paraît normal à tou-te-s de venir en aide aux personnes dans le besoin, en fonction de nos moyens, d’exprimer son soutien à un ou des camarades en lutte, etc… Mais lorsque cela nous arrive à nous, on ne s’attend pas à recevoir des milliers de messages encourageants, de la part de proches comme d’inconnu-e-s, qui nous aident à aller de l’avant et à continuer le combat contre le fascisme et plus généralement contre les idées d’extrême droite.

Sans compter l’aide précieuse que m’ont apportée les camarades et ami-e-s autour de moi. Je pourrais tou-te-s les citer mais j’en oublierais et je n’ai aucune envie de blesser quiconque. Je les remercie tou-te-s pour tout ce qu’ils/elles ont fait et font encore. Je sais que vous avez pu parfois vous sentir laissé-e-s de côté, mis-e-s à distance, mais c’était une nécessité et gérer tout ça n’était pas simple. Didier et Corinne, qui depuis le début m’aident à prendre toutes les décisions et à les mettre en œuvre, ont fait ce que nous croyions le mieux, et je suis vraiment fière de les avoir à mes côtés. Je ne sais pas si j’aurais eu le courage d’aller jusqu’au bout sans eux, car leur présence, en plus des milliers de messages de soutien reçus, renforcent ma détermination.

Ces deux semaines de recul m’ont été nécessaires et m’ont permis de réfléchir à tout cela, à mon engagement. J’écrirai prochainement un billet de blog à ce propos. En attendant, je voudrais juste exprimer l’aboutissement de mon questionnement sur notre action et notre présence sur les réseaux sociaux, et quelle utilisation nous voulons en faire. Il n’est surtout pas question de céder aux intimidations et de renoncer à une présence sur ces réseaux qui me semble nécessaire et efficace. J’ai cependant décidé de fermer le compte Facebook que tout le monde connaît, et de le transférer vers un autre. Mon nouveau compte sera uniquement politique et restreint. Je n’accepterai directement en ami-e-s que les personnes avec lesquelles j’ai déjà eu l’occasion d’échanger sereinement. Pour les autres, celles et ceux que je connais mal ou peu, je vous demanderai de me laisser accéder à votre mur pour que je puisse me faire une idée. Peut-être allégerai-je ces exigences mais pour l’instant, trop de précautions valent mieux que revivre la sombre période que j’ai vécue… En revanche, comme c’était déjà le cas avant, je vais continuer d’utiliser Twitter, mais en restreignant les abonnements, pour partager des informations politiques, locales ou nationales.

Je reviens bientôt sur la toile, j’y exposerai les avancées du dossier juridique contre mes agresseurs et j’espère vous y voir en forme, mes Camarades, car la lutte contre le cyber-fascisme est loin d’être terminée.

A très bientôt.