A contretemps rejoint les #blogs6_0

logo blog 6.0

Nous sommes blogueurs politiques pour la plupart, sous différents angles, par différents registres,  avec chacun et chacune notre marque de fabrique,  nos marottes et nos thèmes privilégiés. Nous sommes blogueurs individuellement depuis des temps variables, de quelques mois à quelques années. 

Nous parlons de différents points de vue, encartés ou pas.

Nous pouvons être éventuellement proches d’Europe Ecologie – Les Verts (EELV), du Front de Gauche  (FdeG) ou du Parti socialiste (PS)… ou avec plus de distance avec les appareils politiques.

Notre point commun est de réfuter la 5ème République.  

Celle-ci  est en effet victime d’ « erreurs  système » à répétition, malgré tous les rafistolages institutionnels, prévisibles dès la mise en fonction de la 5ème République par le Général de Gaulle, en 1958. Il convient donc changer de logiciel pour l’adapter à notre époque.

Nous faisons nôtre la revendication d’une 6ème République.  Nous écrivons tous pour la concrétisation  d’une République écologique, sociale, solidaire et démocratique qui impliquera toutes et tous les citoyen-ne-s .

La 6ème République que nous appelons de nos vœux sera démocratique  ou ne sera pas. Elle fera de l’implication citoyenne le moyen de toutes les avancées politiques et la condition de toutes les évolutions institutionnelles. L’implication citoyenne sera la  garantie de décisions plus soucieuses des préoccupations des Français. 

Nous considérons donc que la construction d’une 6ème République doit être l’œuvre des citoyens eux-mêmes et non d’une élite éclairée qui serait seule détentrice de la vérité exclusive, unique et universelle.  

En utilisant l’ensemble des outils à notre disposition, quelle que soit leur nature, nous contribuons comme citoyens ou comme blogueurs et parfois les deux à l’éclosion d’une alternative politique constructive en apportant chacun notre pierre à l’édifice commun. Qu’importe  le support, l’important c’est le but à atteindre ensemble : le bien vivre. 

Nous sommes déjà convaincus – par la pratique – de l’intérêt de cette démarche participative.

Pour notre part, si nous avons choisi le blog comme outil d’expression, c’est parce qu’il casse les cadres en offrant à tout un chacun-e la possibilité d’intervenir sur tel ou tel  thème sans être expert, mais avec la ferme volonté de nous imprégner en profondeur du sujet traité, apprenant en écrivant, en commentant, et en débattant avec d’autres à la sensibilité différente. Loin de nous léser, elle nous enrichit. 

En effet, si nous avons choisi le blog comme outil d’intervention, c’est parce qu’il s’enrichit de la nécessaire interaction avec le lecteur qui, en commentant, prend déjà part lui-aussi au débat, et donc à la construction de la pensée, et aux valeurs communes. 

Nous pensons que ces actes contribuent à redéfinir positivement les rapports entre individus et collectif en sortant de l’opposition communément admise entre ces deux formes d’affirmation.

Nous sommes des blogueurs engagés dans une co-élaboration d’une pensée critique autant que d’une action proprement politique avec celles et ceux qui nous suivent, nous lisent, et adhèrent à ce que nous proposons.

Dans l’approfondissement de cette démarche, nous voulons donc utiliser la même méthode de la co-production politique pour construire, avec les citoyen-ne-s, une 6ème République, c’est-à-dire une république et des institutions à ‘l’image de qui nous sommes, collectivement, et non une production au seul service de ceux qui l’animent.

Nous sommes les blogueurs 6.0 !

Véoliavignon : nouvelle dérive de la multinationale

Coup dur à la fin du mois de mai pour les Avignonnais-es…

Avignon, commune de plus de 89.000 habitant-e-s, notamment connue pour la gestion privée de ses biens communs, pourrait être rebaptisée Véoliavignon, tant les multinationales comme Véolia, Vinci, etc… ont la main mise sur tous les services dits publics.

Encore une fois, c’est Véolia qui se retrouve au cœur de la polémique. En effet, quelques usagers ont eu la mauvaise surprise de découvrir que des prélèvements automatiques sur leurs comptes courants aient été effectués sans autorisation. Des faits graves que condamne le Collectif de l’Eau du Grand Avignon. Il est plus que temps que ces dérives cessent. Une raison de plus qui nous montre combien une régie publique de l’eau est nécessaire…

C’est d’ailleurs pour cette raison que les Avignonnais-es, à l’appel du Collectif de Mme Landau, se sont retrouvés mercredi 5 juin, à 16h30, à la Mairie, où devait se tenir le Conseil Municipal. Des élu-e-s Front de Gauche étaient présent-e-s pour soutenir le Collectif dans son action. Une lettre ouverte a été remise à Madame la Maire, Maire-José Roig (UMP), afin qu’un débat sur Véolia et la régie de l’eau plus généralement soit ouvert. Cette demande a également été faite par un élu Front de Gauche, André Castelli, à qui Madame Roig s’est empressée de répondre qu’aucun débat sur la régie publique de l’eau n’aurait lieu en Conseil Municipal, car « cette compétence ne relève pas de la commune, mais de la communauté de communes (COGA) ». Mais nous pouvons demander ce qui empêche un simple débat, même si cette décision ne sera pas prise par les élu-e-s municipaux. Ce serait justement l’occasion pour Mme Roig d’entendre les voix et les propositions de ses adjoint-e-s et conseiller-e-s. Il semble évident que Madame la Maire n’est pas très à l’aise avec la démocratie…

Devant ce refus, le Collectif de l’eau compte bien entreprendre de nouvelles actions de sensibilisation, pour résister aux multinationales et leurs collaborateurs.

http://www.mareecitoyenne.fr/index.php/2-non-categorise/29-veoliavignon-nouvelles-derives-de-la-multinationale

Communiqué : Soutien aux agents de l’UPMS en grève illimitée à Tricastin

Par Mathieu Agostini, Julie Del Papa, Arthur Morenas, Corinne Morel Darleux, Didier Thévenieau

Alors que la Ministre en charge de l’énergie Delphine Batho affirmait le 30 mai au Sénat que la sûreté nucléaire est la priorité du gouvernement, la réalité du terrain dément les discours des experts qui se veulent rassurants.

Après la centrale nucléaire de Belleville, c’est au tour des pompiers et agents de l’Unité de Protection de la Matière et du Site (UPMS) de se mettre en grève illimitée à l’appel de la CGT.

Ce mouvement de grève fait suite à la mutualisation en cours depuis le 1er avril de la FLS (Force Locale de Sécurité) et de l’UPP (Unité de Protection Physique). Celle ci entraine une baisse des effectifs au détriment de la sécurité des travailleurs. Elle diminue le nombre d’agents et supprime la présence d’infirmiers capables d’effectuer les premiers secours la nuit et le week-end. Une fois de plus au nom des économies on met en péril la population et l’environnement.

Ces salariés luttent pour l’intérêt général. Ce mouvement de grève est un avertissement à Areva qui privilégie la sacro-sainte « compétitivité » au détriment de la sûreté et de conditions de travail satisfaisantes. Il est aussi un appel pour que la démocratie vive dans toutes les entreprises.

Le Parti de Gauche réaffirme son soutien plein et entier à celles et ceux qui luttent et combattent pour la sécurité de tou-te-s. Il réaffirme la nécessaire urgence d’un retour sous maîtrise publique d’EDF, d’Areva et du CEA sous la responsabilité conjointe de l’Etat et des citoyens.

Cela fait des années que nous alertons sur les problèmes de sécurité, de radioprotection et de conditions de travail dans les centrales. Il est grand temps que ces problèmes soient pris en compte par le gouvernement, et non sacrifiées sur l’autel de l’austérité !

Le Parti de Gauche prépare une contribution sur ce sujet dans le cadre du DNTE et rappelle qu’aura lieu le 2 juin à Bollène, tout près du Tricastin, une marche contre l’austérité et pour la 6e République.