Bonne année 2014 !

« Dans un monde déchiré, où l’espérance de bonheur semble de heurter sans cesse aux nouvelles formes de souffrance et de mal-être, où la richesse matérielle, mal repartie certes, ne remplit visiblement aucune des promesses qui lui étaient associées, il est temps de ressourcer l’aspiration au bonheur. » (Henri Pena-Ruiz, « Bonheur »)

C’est pour cela que nous nous engageons : pour la liberté, celle qui nous permet de comprendre, de choisir, et d’agir.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2014. Qu’elle soit pleine de résistance, d’émancipation et de luttes victorieuses !

« Bonheur à tou-te-s. »

Publicités

Camarades écologistes, que faîtes-vous encore au gouvernement ?

Lors du second tour des élections présidentielles, le Front de Gauche a appelé à battre la droite et donc la politique de Droite. Or, on s’aperçoit depuis quelques temps que celle menée par le gouvernement en est une. A moins que seule l’étiquette PS soit suffisante pour dire que le gouvernement est de gauche, mais ce n’est pas mon avis.

En ce qui me concerne, je pense qu’on a appelé à battre la droite, et que l’on a échoué. Parce que la droite (au du moins, la politique de droite) est encore au pouvoir. Oui on connaissait le programme d’Hollande, ces non-promesses, etc… Mais franchement, est-ce que nous nous attendions à ça ?! Je n’ai pas voté pour lui, donc j’ai l’impression ça me pèse moins qu’à certains camarades qui ont eu le courage de mettre un bulletin dans l’urne qui ne reflétait pas ce que nous voulions pour la France.

Il me semble, mais je peux me tromper, qu’EELV soit allé au pouvoir avec un minimum d’accord avec le PS, sur une base programmatique… Mais vue la politique menée aujourd’hui (EPR, NDDL, le report de la fermeture de Fessenheim, etc… la liste est trop longue), quel est l’intérêt à rester dans un gouvernement qui ne leur donne aucune carte en main ? Et qui leur tape sur les doigts dès qu’ils osent dire qu’ils ne sont (pas trop) d’accord ?

Quitter le gouvernement aurait été un signal fort. Pour le PS, pour les électeurs qui ont voté EELV, et pour nous aussi. Quitter le gouvernement, en soutien à Delphine Batho, c’est aussi lui faire comprendre qu’il fait fausse route, et que, pourquoi pas, s’il ne change pas de politique, qu’une alternative forte, écosocialiste, aller se former. C’est en train de se faire progressivement. D’ailleurs, on l’a vu le 5 mai, avec Eva Joly qui a participé à la marche pour la 6ème République, et nombreux de ses militants !

Alors, camarades, qu’attendez-vous ?