L’abstention n’aura pas ma voix !

A quelques jours à peine du premier tour des élections présidentielles, je tenais à écrire un article de blog. Non pas pour vous convaincre de voter Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche), rassurez-vous, certain-e-s camarades le font assez bien comme ça ! Non, je voulais m’adresser à celles et ceux qui pourraient ne pas aller voter…

Selon moi, il est important de différencier l’abstention et le vote blanc. Lors d’une élection, les personnes qui votent blanc sont généralement celles qui n’ont pas trouvé un candidat qui représente leurs idées. Cela ne veut pas pour autant dire qu’ils se moquent des élections. Bien au contraire ! Ceux-ci se sentent concernés par la politique, l’actualité, mais ont été déçus, sont désespérés… et décident alors de montrer leur mécontentement par ce fameux « vote blanc ». En revanche, les abstentionnistes sont de l’avis que le système actuel ne peut répondre aux attentes de l’individu et n’est donc pas satisfaisant. Le refus de voter est donc un acte politique. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de comptabiliser les votes blancs comme votes à part entière, afin de ne pas les confondre avec les « non votants ». C’est déjà le cas dans des pays comme la Suisse, l’Espagne, la Suède,… Cependant, l’abstention involontaire ne représente que 10% environ de l’abstention. Cela montre bien que ce n’est pas majoritairement un problème d’information…

Ceci dit, il n’est pas trop tard ! Il est encore temps de réfléchir et de changer d’avis. Non, penser que voter ne sert à rien est une erreur ! « Si tu ne t’occupes pas de politique, la politique s’occupe toujours de toi » ! Tout est dit ! Il est vrai que jusqu’à maintenant, les différents gouvernements en place n’ont jamais vraiment écouté ce que voulait le peuple. Les grèves, les manifestations, et autres actes de résistance n’y ont rien fait. Surtout ces cinq dernières années. Peut-être ai-je cette impression car j’étais trop petite avant pour m’en rendre compte… Mais peu importe. Le vote électoral reste une façon de s’exprimer, il est un outil. Grâce à lui, nous pouvons dire « stop ! » à la politique actuelle, ou alors l’approuver en votant pour le candidat sortant. Alors, oui, il est vrai qu’aucun candidat n’est parfait, mais je pense qu’il y a forcément des valeurs communes, des idées que l’on partage avec tel ou tel candidat, et non avec d’autres. C’est donc un vote par élimination… Mais malheureusement, tant que le vote blanc ne sera pas comptabilisé, je ne vois pas d’autre solution. Nous n’avons rien à gagner à nous abstenir. C’est aussi pour cette raison que j’ai décidé de m’engager. Pour ma part, je voterai donc, à votre grand étonnement je le sais, Jean-Luc Mélenchon. Et au second tour aussi, soyons fous !